Aidez-nous ! Soutenez nos projets

Au service des personnes âgées et handicapées...

Résidence Sainte-Anne d'Auray

La résidence Sainte Anne D'Auray accueille : 120 lits.

Résidence Sainte-Anne d'Auray

5 rue de Fontenay
92320 Châtillon

Tél : 01 46 56 22 29

Fax : 01 46 56 56 09

Email : Cliquez-ici

Résidence Sainte-Anne d'Auray

Au cœur de Châtillon, à proximité des commerces et transports en commun ,dans un parc de deux hectares, la Résidence Sainte-Anne d’Auray propose :

  • Un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) avec 120 places, toutes habilitées à l’aide sociale, réparties sur trois étages, dont 4 places réservées à l’hébergement temporaire
  • Un accueil de jour de 15 places
  • Un service de Soins infirmiers à domicile (SSIAD) de 60 places.
Télécharger la documentation de la résidence Télécharger la documentation de l'association

Les projets de la résidence

La labellisation obtenue pour la création d’un PASA

La labellisation obtenue pour la création d’un PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) permettra d’am&eacut...

> lire la suite
Plus de projets

L'actualité de la résidence

27/05/2016
SERVICE CIVIQUE "NOUS RESSORTONS GRANDIS DE NOTRE MISSION"

scivique-interview.pdf

> lire la suite

29/01/2016
SERVICE CIVIQUE FRANCAIS - rapport d'activités 2015

cr-activitesc2015-ok2-.pdf

> lire la suite
Plus d'actualités

Le plan d'accès

Les services

Soins à domicile SSIAD

Soins à domicile SSIAD

Un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) d’un pôle de 60 places à la Résidence Sainte-Anne d’Auray intervient sur la commune de Châtillon.

Secrétariat : 01 46 56 36 48
Infirmiers : 06 98 49 44 65

Accueil de jour

Accueil de jour

Un accueil de jour de 15 places.

Secrétariat : 01 46 56 47 00

Hébergement Temporaire

Hébergement Temporaire

La vie de la résidence

Au travers de l’accompagnement quotidien, l’équipe de professionnels apporte aide, réconfort et soutien à l’ensemble des résidents, personnes accueillies et patients à domicile.

Le parcours d’accompagnement, instauré dans notre établissement, est un concept novateur par l’offre conséquente et la souplesse des propositions (SSIAD --> Accueil de jour <--> hébergement temporaire --> hébergement permanent) ainsi que la possibilité d’être accompagné par les équipes des différents services.

La Résidence Sainte-Anne d’Auray offre aux personnes âgées de plus de 60 ans souffrant de maladie d’Alzheimer ou non et à leur famille (résidant à Châtillon ou dans les communes environnantes) une réponse personnalisée répondant à leurs attentes. Résidence permanente, hébergement temporaire, accueil de jour, Services de Soins Infirmiers à Domicile : cet ensemble de services diversifiés, gradués et personnalisés a pour objectif de favoriser accompagnement cohérent continu ou non, coordonné par un cadre de santé.

La résidence
Dans un bâtiment datant de 2007, réparti en 6 maisonnées de 20 chambres sur 3 étages, la Résidence Sainte Anne d’Auray offre un hébergement temporaire ou permanent.

Chaque logement privatif dispose d’une surface de plus de 20 m2 et comprend une entrée et placard avec penderie, une salle d’eau avec douche, ainsi qu’une chambre à personnaliser.

Des animations variées ou personnalisées sont proposées.

Le service Restauration propose des repas adaptés en salle de restaurant ou dans les salles à manger d’étage.

Une communauté des Sœurs de Saint Vincent de Paul est présente pour les résidents et les familles qui le souhaitent. Des célébrations de culte catholique ont régulièrement lieu. Des ministres d’autres cultes sont naturellement accueillis à la résidence à la demande des résidents. Les convictions de chacun sont respectées.

L'hébergement temporaire
Destiné aux personnes atteintes de maladie d’Alzheimer dont le maintien à domicile est compromis (difficulté de l’aidant, isolement…), cet accueil est limité à 1 mois maximum. Durant son séjour, la personne accueillie bénéficie d’un accompagnement et d’un suivi personnalisé. L’hébergement temporaire peut constituer un « séjour découverte « pour un premier essai de vie en résidence avant l’accueil définitif.

Une équipe pluridisciplinaire et spécialisée intervient pour assurer un accompagnement et des soins personnalisés dans le cadre d’un projet de vie individualisé.

Un peu d’histoire …
Le « Château », situé dans une vaste propriété, le Fief de Garlande, date de la fin du XVIIe siècle. Il appartenait à Monsieur de Surbel (1693). Il est actuellement bordé des rues de Fontenay, de Bagneux, des Pierrettes et de la « Voie de Chatillon à Fontenay », aujourd’hui rue des Pierrelais.

Les bâtiments, l’un donnant sur la rue de Fontenay, l’autre sur la rue des Pierrettes, étaient de dimensions modestes, et servirent au départ de rendez-vous de chasse. Cette propriété fut habitée par la Comtesse de Tesse, puis en 1789, par la duchesse de Cossé-Brissac, dame de la cour de la Reine Marie-Antoinette.

Quelques dates-clés

1820, l’illustre savant Gay-Lussac acquiert la propriété.

7 janvier 1834, revente de la propriété à Camille Paganel, ancien Député et Secrétaire général, ex-Secrétaire général du Ministère du Commerce.

7 août 1850, Madame de Vintimille du Luc, Comtesse de Girardin, installe dans « le Château » les premières dames pensionnaires de la maison de retraite qu’elle fonde sous le patronage de Sainte Anne d’Auray et dont elle confie la direction aux Religieuses de la Charité de l’Ordre des Sœurs de Saint Vincent de Paul.

1838, la Municipalité achète une partie de la propriété pour y construire la Mairie en 1851.

1867, la première pierre de la Chapelle est posée, conçue d’après les plans du Frère Aubouer.

A partir de 1878, le domaine est agrandi et transformé par des acquisitions successives, notamment à travers l’annexion le 19 mai 1878 de l’ancienne propriété de Monsieur Pluchet, ancien Maire de Châtillon (1803-1830).

1914, la Supérieure, avec le concours du Docteur Crochet, ouvre un hôpital pouvant recevoir 1400 soldats. Une fois la guerre finie, 203 pensionnaires y sont accueillies.

1933, l’hôpital est transformé en lieu de consultation pour les nourrissons.

1934, démolition du Château et agrandissement du parc.

1939-1940, accueil des blessés de guerre.

Après la guerre, ouverture d’un atelier protégé pour personnes déficientes, soins à domicile, travail social familial. Dans une partie du parc, cédée par la Communauté à la Ville, construction du CES Paul Eluard dans les années 60.

1978, accueil des hommes.

1979, la gestion de la maison est assurée par une personnalité laïque, Monsieur Plénat, qui en restera le directeur jusqu’en 2003.

1994, la communauté des Filles de la Charité confie la gestion de ses biens à l’Association Monsieur Vincent.

2003, modernisation des bâtiments.

2004, début de la démolition. 

Juin 2007, ouverture de la nouvelle résidence.

Février 2008, ouverture de l’accueil de jour.

En savoir plus